X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, nous permettant de proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies

Up

Contrôler les dépôts

La formation de dépôts minéraux pose un risque élevé pour l’industrie pétrolière et doit être traitée pour éviter des perturbations voire arrêts de production.

Le degré de gravité des dépôts de sels inorganiques est variable : certains dépôts peuvent être éliminés par lavage à l'eau chaude (cas du chlorure de sodium), d'autres par lavage acide (cas du carbonate de calcium), tandis que d'autres encore sont pratiquement impossibles à solubiliser une fois qu’ils se sont formés (sulfate de baryum ou de strontium).

 

L’action des inhibiteurs de dépôt repose sur la perturbation de la nucléation et/ou la croissance ordonnée des cristaux des dépôts minéraux. L'inhibition de la formation de dépôts cristallins par des concentrations bien plus basses que les niveaux stochiométriques est un phénomène connu depuis 1930. La première application a consisté à utiliser de 1 à 10 ppm d'hexamétaphosphate de sodium qui a pour effet de retarder la précipitation d'une solution de carbonate de calcium sursaturée. Les polyphosphates et plus récemment les phosphonates sont désormais utilisés couramment pour empêcher la formation de dépôts de sels minéraux.

 

En fonction des régions où ces opérations d’inhibition de dépôt sont requises, ces additifs peuvent être mis en œuvre par le traitement d’injection en continu ou par le traitement dit « squeeze ».

L’injection en continu peut être réalisée dans les puits d’injection ou dans les flux des puits en production. Le traitement « squeeze » est mis en œuvre dans le puits et la solution d’inhibiteur de dépôt y sera refoulée dans la formation à proximité du puits. Après plusieurs heures, lorsque le puits retourne à la production, l’inhibiteur de dépôt retenu dans les pores de formation sera dissout dans les fluides de production protégeant les installations de la précipitation de dépôt. Lorsque la concentration d’inhibiteur de dépôt dans les fluides de production tombe en-dessous d’un niveau minimum, il convient de répéter le traitement « squeeze » du puits.

en
Contact