X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, nous permettant de proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies

Up

Tamis moléculaires Siliporite® pour vitrages isolants

Les tamis moléculaires Siliporite® protègent les vitrages isolants durant des années grâce à leur véritable structure de zéolite 3Å (Angstroem), leur forte capacité d’adsorption et leurs excellentes propriétés physiques.

Pourquoi utiliser les tamis moléculaires Siliporite® ?

double_vitrage_siliporite_dessicant
  • Un vitrage isolant consiste au moins de deux feuilles de verre, séparées d’un espace rempli d’air ou d’un gaz spécial (argon, krypton, SF6,...). Les feuilles de verre sont soutenues et séparées par un intercalaire et ensuite scellées hermétiquement.
  • L’eau de l’air ainsi que les solvants émanant du joint d’étanchéité peuvent être piégés à l’intérieur de l’unité pendant la fabrication. L’eau peut également pénétrer au travers du joint d’étanchéité pendant la vie du vitrage isolant.
  • Ces deux phénomènes provoquent la formation de buée (condensation de l’eau ou de solvant sur la feuille de verre).

Les avantages des tamis moléculaires Siliporite®

  • Un agent déshydratant est introduit entre les deux feuilles de verre pour faire en sorte que la cavité d’air ou de gaz ne contienne pas d’eau et éviter ainsi la formation de buée.,
  • Il existe de nombreux agents déshydratants sur le marché, mais seuls les agents déshydratants à base de zéolithes synthétiques, seuls tamis moléculaires  véritables, garantissent un espace sans eau pendant des années dans les conditions de l’industrie.

Les tamis moléculaires Siliporite® sont les seuls agents déshydratants efficaces à des taux d’humidité peu élevés

Zoom sur les systèmes d’intercalaire

Quels tamis moléculaires ?

Dans les systèmes traditionnels, les feuilles de verre sont soutenues et séparées par un intercalaire en aluminium et ensuite scellées hermétiquement. Les tamis moléculaires sous forme de billes de 0,7mm à 1,6 mm sont utilisés pour cette technologie. Les billes sont introduites en-dessous de l’intercalaire au moyen d’équipements conçus spécialement.

Les impératifs

  • Les tamis moléculaires doivent être dotés d’une capacité d’adsorption de l’eau élevée à des taux d’humidité  faibles (en-dessous de 10%) qui permettront ainsi d’assurer une grande longévité du verre.
  • La mise en œuvre de tamis moléculaires 3Å est impérative pour éviter la co-adsorption de l’air, ce qui  provoquerait la déformation du verre et du vitrage.
  • Les tamis moléculaires doivent être exempts de poussières et d’électricité statique.

Pourquoi utiliser la gamme Siliporite® ?

  • CECA a quarante ans d’expérience dans la synthèse de zéolithes destinées à l’industrie du verre
  • CECA produit des tamis moléculaires 3Å authentiques avec une granulométrie maîtrisée.
  • CECA garantit une faible densité aux tamis utilisés dans le vitrage isolant.

Attention aux imitations

De tous les déshydratants de différente nature proposés sur le marché du double-vitrage (tamis moléculaires ou zéolithes, argile, chlorure de calcium, oxyde de calcium, gel de silice …), les tamis moléculaires dans leur configuration 3Å sont les seuls à répondre aux exigences de cette application telles qu’elles ont été définies dans la nouvelle révision de la norme EN 1279.

Les principales performances attendues dans cette application sont pour les suivantes :

 

  • Une forte capacité d’adsorption d’eau à faible taux d’humidité tel qu’il est dans la lame d’air-gaz d’un vitrage pour éviter tout risque de condensation. D’ailleurs selon la norme, la capacité d’adsorption devra être mesurée à 10% d’humidité relative pour rendre compte des performances du déshydratant. Ainsi une capacité d’adsorption donnée par certains fournisseurs à 32% de taux d’humidité ou au-delà n’est pas adaptée à l’application du vitrage isolant puisque le taux à l’intérieur du vitrage est d’environ 2%.
  • Une absence d’adsorption-désorption de gaz qui permet d’éviter des déflections cycliques du vitrage qui auraient pour conséquence une fatigue et une altération des scellements à court-terme. Un fournisseur ne communiquant pas sur ce paramètre peut signifier qu’il ne s’agit pas complètement ou totalement d’une zéolithe 3Å.

 

 

 

  • Les teneurs en poussières (100-400 µm) et en fumées (6-10 µm) parfaitement maîtrisées par le fournisseur pour éviter des dépôts visibles sur les espaceurs ou sur la face interne du vitrage.
  • La densité qui ne doit pas dépasser 800 g par litre. Des densités élevées sont générées par l’utilisation de diluants tels que la chaux, le chlorure de calcium ou des taux d’argile élevés et témoignent des produits plus médiocre.
  • La perte au feu mesurée à environ 540°C afin de pouvoir la corréler avec la capacité d’adsorption mesurée à 10% de taux d’humidité relative et avec la valeur de delta-T. La mesure de perte au feu réalisée à 950°C permet également se renseigner sur la qualité du liant utilisé mais même élevée ne permet pas en revanche d’en déduire d’une capacité d’adsorption en eau supérieure. Seule la mesure réalisée à 540°C permettra de différencier les zéolithes 100% synthétiques des autres produits proposés.

Zoom sur les matrices d’agent déshydratant «warm-edge»

Quels tamis moléculaires ?

Cette technologie, utilisée couramment aux Etats-Unis mais se répandant désormais de plus en plus en Europe, consiste à utiliser un joint d’étanchéité déshydratant pour pouvoir se passer d’un intercalaire en métal et éviter un pont thermique.
Les tamis moléculaires sous forme de poudre sont incorporés au sein du joint élastomérique par le fabricant de joints d’étanchéité.

Les impératifs

  • Les tamis moléculaires doivent être dotés d’une capacité d’adsorption de l’eau élevée à des taux d’humidité  faibles (en-dessous de 10%) qui permettront ainsi d’assurer une grande longévité du verre
  • La mise en œuvre de tamis moléculaires 3Å est impérative pour éviter la co-adsorption de l’air, ce qui  provoquerait la déformation du verre et du vitrage
  • Les tamis moléculaires en poudre doivent être d’une qualité extrêmement constante pour assurer une finition irréprochable.
en
Contact